Amazonie Equatorienne

Kicwa de Sarayaku en Amazonie équatorienne Le projet d'un peuple: une détermination intacte La déforestation est une réalité quotidienne pour les dernières communautés indiennes d'Amazonies d'Amazonie: elle représente la mort de leur milieu de vie et la fin de leur culture. Parmi les causes, figure en bonne place l'exploitation du pétrole. Face à l'avancée des compagnies le peuple indien Kichwa de Sarayaku, en équateur, a choisi de faire face; Depuis plusieurs années, il refuse obstinément toute pénétration sur son territoire afin de préserver son héritage naturel et culturel. Le projet de ce peuple a ainsi une portée universelle; son ambition est la valorisation de ses traditions, de son mode de vie, de ses croyances, de sa culture… Les menaces persistent: le mai 2009, le ministère des Mines et du Pétrole Equatorien a notifié dans la résolution n° 080-CAD 2009-04-20 la reprise des opérations d'exploitation des Hydrocarbures dans les blocs 23 et 24 incluant les territoires du peuple Kichwa de Sarayaku et des communautés Achuar et Shuar de la Région Amazoniennes. Inspiré par les Yachaks (Chamanes), le projet" Frontière de Vie" est la création sur le pourtour du territoire de Sarayaku, 300 Kms de long et 135 000 hectares de forêt primaire d'une immense frontière d'arbres à fleurs de couleurs. Un symbole à valeur universelle émergera ainsi lentement de la forêt amazonienne, vivante incarnation du désir universel de paix et de protection de la terre. Ce sera le message de tout un peuple, élan vital, expression de sa volonté farouche de préserver son mode de vie, mais aussi, de créer avec nous une vaste solidarité planétaire. Deux de ces représentants, dont José Gualinga sous protection d'Amnesty International, aprés avoir été plusieurs fois mis en danger de mort lors des luttes contre les compagnies pétrolières, seront en France du 12 au 24 novembre 2009.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site